Up Mary Chaplin

_________________________________________________________________________________

mary-chaplin

Nom : Chaplin

Prénom : Mary

Région : PICARDIE

visitez l'atelier de cette Artiste en vidéoVisite de l'atelier sur RDV, tarifs des oeuvres sur simple demande.

Artiste peintre professionnelle, mon parcours est intimement lié à ma vie.

J'appelle mes toiles des « réflexions ». Ce terme évoque au mieux la source de mon inspiration et résume le fruit de mon travail. Afin de me présenter à vous j'ai choisi ces mots que m'a écrits mon ami l'artiste Edouard Willems (octobre 2009) et qui résume mieux que je ne saurais le faire ma démarche artistique :

_ Mary est pour moi : Mary Couleurs et Mary Lumière. Elle est aussi Mary Fraternelle et Mary Amour… Et pourquoi pas, plus précisément Mary « Ramasseuse de couleurs et de Lumière »… Elle ne se trompe pas. Elle reconnait d'instinct la porte qu'il faut pousser pour entrer dans tout lieu où tout s'élève, où tout prend de la hauteur.

C'est la porte d'une cathédrale, ou d'une petite chapelle. Elle sait que là (telle une fée avec sa petite pelle et son petit balai magiques) elle va trouver des tâches de couleurs et de lumière à ramasser. Elles sont là, par terre, tombées d'un vitrail qui a été secoué par le rayon d'un soleil ardent… Elle les ramasse avec précaution et amour, ces taches et les range précieusement dans le petit panier intérieur de son cœur. Elle s'en nourrit profondément et un jour les restitue en jouant avec elles, les faisant chanter en chœur sur une grande toile… Il faut aller voir ces « concerts » de couleurs et de lumière aux multiples chœurs…
Pour y aller ne prenez que votre cœur… Laissez votre esprit et vos raisonnements à la maison… Ils n'ont rien à faire là… On ne peut aller voir les toiles de Mary que pour un « cœur à cœur » avec elles. Et il faut aussi aller voir Mary, Mary Amour.
Mary qui nous dynamise par son enthousiasme, fruit de la macération intérieure de ce trésor ramassé sur les sols des « lieux d'élévation ».

Adresse : 3 rue de Petit Rond 80160 WAILLY

Contact : 06 24 72 49 16 ou 03 22 42 21 38 / contact@mary-chaplin.com

www.marychaplin-peintreluministe.com


Et en quelques vidéos :
- Juillet 2015 : Interview réalisée à l'occasion de son exposition à Giverny, Galerie Blanche
- Novembre 2014 : Reportage de France 3 pour l'émission Midi en France, R&G Productions.
- Juillet 2014 : présentation du nouvel atelier de Mary à Wailly (Somme)
- Interview RCF Lille première partie (cliquez ici, le lien s'ouvre dans une autre fenêtre)
- Interview RCF Lille seconde partie (cliquez ici, le lien s'ouvre dans une autre fenêtre)
- Petite balade vidéo tournée par Mary lors d'une exposition à Montigny sur l'Hallue.


paradoxe 129x29 cm acrylique sur papier
comme un reve - acrylique sur toile 100x120
je ne me souviens plus tres bien TMSPapier
hier en morceaux 130x40
Hier en morceaux 130x40
hier en morceaux 230x40
Hier en morceaux 230x40
10ansapresacryiliquesurtoile100x110
Detracesenliens,acryliquesurtoile80x60cmw
edith,presencesilencieuseailleurs35x46cmacryl (1)
empreintesdel-invisibleshuilesurtoile120x100cm
equilibredel-instantacryliquesurtoile60x73
errancesinterieures,acryliquesurtoile,38x46cm
instantimmobilehuilesurtoile46x55w
lapresencedusilenceacryliquesurtoile38x46cmw
lavoiedusilencehuilesurtoile60x73cm
lesmurmuresdelespaceacryl100x100w
pluiedejoiehuilesurtoile120x100cm
poussirred'espaceshuilesurtoile50x60
presencedel'innefable80x80acrylique(2)
presencedel'innefable80x80acryliquevendue (1)
souvenird-unepresencehuilesurtoile46x55 (2)
tears-of-peace-to-Larysa-Feb-18-21-2014
Une presence...80x100cmhuilesurtoile
uninstant,ailleurs,huilesurtoile70x70cmw (2)
lecheminbleuhuilesurtoile50x60
lecheminbleuhuilesurtoile50x60
lumiere-interieureacryliquesurtoile60x60
lessentiersdelumiereacryliquesurtoile120x100cm
silent-reflections-turn-my-world-to-stone.
les rivesdel'ephemere,120x100cmhuilesurtoile
liens-immateriels1acrylicsurpanneau16x22
EPSON MFP image
liens-immateriels2acrylicsurpanneau16x22
EPSON MFP image
le-temple-du-silence-acryliquesurtoile81x130
Le-rayon-vert-ou-la-partition-de-l_architecture-du-temps-acrylique-sur-toile-triptyque100x100x3
lesanctuairedelamemoireacrylique100x100
liens-immateriels3acrylicsurpanneau16x22
EPSON MFP image
metamorphosedelapenseehuile-sur-bois54x65cm
oxymore,le silence2,46x66
oxymore,le silence2,46x66
cequ-ilrestetecniquemixtes39x49w
itwasdarkallaroundtechnmixtes29x29w
passagesephemereshuilesurtoile100x100w
passerellesephemeres,acryliquesurpapier35x45cm
mary-chaplin
Mary Chaplin
 

Nombre total d'images: 42 - Cliquez ici pour exposer sur ART-EN-NORD.FR - Aide

_________________________________________________________________________________


Mary, la Traversée, Le seuil de Jean-Paul Gavard Perret :
Les peintures de Mary permettent de franchir la frontière du réel, de changer de corps, de lieu, de temps. Voici ce qui touche à notre plaisir, à notre jouissance et, en conséquence, à nos possibilités d’angoisse puisque nos certitudes se voient interpellées.
Les peintures ne donnent pas simplement à voir, elles retiennent, contiennent. L’expérience est autant existentielle qu’esthétique. Il faut voir de telles œuvres dans une salle privée de lumière. Elles seules doivent être éclairées afin d'en éprouver la puissance. Posées les unes à côté des autres elles forment un mouvement d’ensemble. Surgit un effet étrange : danse immobile, appel muet vers l’espoir d’un seuil à franchir. Ne demeurent qu’un vertige et un appel. A notre “ aveuglement ” répond l’attente exaspérée par un dispositif pictural qui exclut toute position de voyeurisme. Mary invite à franchir le seuil d’un lieu qui n’est plus à l’extérieur mais dedans. Sa peinture renverse donc la problématique habituelle de la frontalité.
A l’étrangeté explosive se substitut une intériorité. Elle permet à l’inconscient qui habituellement ne connaît pas la traversée des frontières d’être mis en connexion avec ce qui le dérange. Le décor chavire. Il n’existe plus de place au « cliché ». Se touche une clameur intérieure, muette et mutante. Mary ne duplique pas du semblable, du même. Sa peinture renvoie à un autre écho. Un monde de structures est atteint. Il nous désaxe de notre assise, de notre sécurité. C’est un pas au-delà autant qu’en deçà. Nous sommes au sein de cerclages. La peinture devient nous-mêmes à l’intérieur de sa frontière. Contempler revient à exister d’une autre façon. Mary oblige à nous dire : « je suis moi-même dans le silence ». Le spectateur passe là où cela semblait au-dessus de ses forces et de sa peur. Il est en quelque sorte extrait de la pure illusion et de la simple transgression. Franchir la frontière revient donc à accepter de passer la limite de notre ignorance, d’accepter le saut vers ce qui échappe - mais qui est là. Cela engendre une peur car soudain la réalité n’est plus noyée dans le fantasme. L’être ne peut plus se suffire de sa propre délimitation, de sa forteresse : elles sont remplacées par un autre univers. Un paysage “ neuf ” s e développe, se convulse. La frontière n’existe plus entre le dehors et de dedans. Le dedans en sa résistance ronge et fait reculer le dehors dans un espace silencieux où les pulsions règlent les comptes du sujet envers son désir et celui de l’autre. La peinture de Mary conduit vers les défilés de l’inconscient mais elles ne lui donnent plus de quoi “ se défiler ” devant le péril de la traversée.
Par chaque peinture-frontière Mary fait reculer l’enlisement. Le seuil ne sera donc ni un leurre, ni une jouissance. L’œuvre poussée dans l’inconscient en fait sourdre des gerbes divergentes de sens. Demeure aussi un écart du temps. Car forcément le temps est induit dans l’œuvre. Elle propose une étrange proximité et un éloignement.