Je sais exprimer ma pensée par la photo et l’informatique.

Je me souviens de ma première expérience photo au collège, j’avais 12 ans, nous étions 3 gamins qui accompagnaient un prof expert en latin, en histoire, en tout… Il nous a expliqué, pendant 2 ans, le mystère de la révélation de l’image sur un papier et à douze ans, c’est impressionnant. Mais la vie est ainsi faite que je me suis tourné vers le métier de préparateur en pharmacie et les aléas de la vie m’ont fait retrouver la photographie 42 années plus tard avec le numérique. Rien de tel qu’un club photo et ses bénévoles superbement équipés pour apprendre l’ART PHOTOGRAPHIQUE…

Mon premier appareil: un REFLEX OLYMPUS qui m’a permis d’avoir des souvenirs de mariage.. La catastrophe de FUKUSHIMA a décidé pour moi de la marque du boitier reflex et des objectifs, NIKON et d’autres fabricants étaient out pour au moins 6 mois. Ce fut donc CANON qui a été choisi.. Je suis resté raisonnable dans l’achat du matériel: CANON 60D PUIS CANON 80D avec un 70.200 f4 et un SIGMA 24/70 et un CANON POWERSHOT G9 TOUT EN APS-C pour une bonne raison: le poids des appareils très gênant pour une personne handicapée.

Ma toute première série : « Le destin de l’homme« . son départ dans la vie, sa rencontre avec la femme, ses enfants, son assassinat et son enterrement: Pas loin de 70 photos résumées en 15 images (voir ci-dessous).
Mes sorties pédestres dans COMPIEGNE m’ont fait rencontrer des personnalités du cinéma et du théâtre dont Vincent MARTIN qui dirige: Le BORD DE L’EAU et l’ACT THÉÂTRAL (2 associations locales de théâtre). Je les ai suivi pendant 4 ans et quelques 5000 photos réalisées m’ont permis de créer la série PORTRAITS D’ACTEURS qui a terminé première au classement FPF 2021 Catégorie générale et que vous retrouverez sur le site de la Fédération ainsi que sur le FLORILEGE 2021.

Une autre série que vous trouverez sur le site du club PVCCOMPIEGNE La pérégrination de deux jeunes demoiselles, princesses de leurs états, autour de l’allée des beaux-monts.
Je me suis tourné un jour vers la couleur et j’ai photographié L’EOLIENE, une équipe de 2 jeunes filles avec leur chevalier servant. Il me faut revenir sept ans en arrière pour comprendre mon cheminement dans cette série. J’ai photographié un vieux monsieur sur un banc lisant un livre : j’avais le pressentiment d’avoir une oeuvre sous les yeux et au bout de sept années de réflexion: le flou directionnel s’est imposé et je l’ai adapté aux personnages de la série.
Le principe: tout est flouté, et l’on éclaircit l’image là où il y a un point intéressant voire capital pour la compréhension de l’image et dans le but unique de créer de l’émotion. Série que vous trouverez sur le net Fédération Photographique de FRANCE UN MOIS UN AUTEUR du mois de janvier 2024.
Dès le début, j’ai été conquis par le flou directionnel de NIK COLLECTION et surtout qu’il permettait des arrondis, des circonvolutions, des droites etc… et l’évolution proposée par DXO m’a confortée dans mes choix.

Il est très utile pour progresser de participer à des concours nationaux et internationaux, plus de 45 récompenses jalonnent mon parcours. Pourquoi l’appareil photo? Je ne sais pas dessiner, pas peindre, pas modeler de la terre mais je sais exprimer ma pensée par l’informatique.
Une influence ? Mme SARAH MOON.

Adresse : 5 square du 8 mai N°202. 60200 COMPIEGNE

Tél : 07 86 56 72 38